Tout est parti d’une p’tite phrase qu’une amie (ou ce qu’il en reste) m’a glissée, il n’y a pas si longtemps : « Tu es un optimiste du quotidien  qui met en garde contre les dangers séculaires ». Enfin quelqu’un (autre que ma femme) qui me fait comprendre, d’une façon certes poétique mais très ferme, que je vous les brise menu depuis longtemps maintenant…

Fort de ce constat amical, j’ai décidé de vous épargner mes élucubrations annuelles. Faire semblant de refaire le monde chaque année n’est clairement plus de mon âge… Car moi aussi, je vieillis.

Et afin d’être dans l’air du temps et de satisfaire tous ceux qui ne savent plus lire et qui préfèrent les histoires illustrées, j’ai décidé de me lancer dans la Bande Dessinée ! Eh oui, il n’a peur de rien le bougre… Je rassure tout de suite ceux qui adorent la BD et détestent les intrus. Mon intrusion ne sera que brève et éphémère :

 

Cette année, c’est décidé ! Je rentre dans le rang et je ne donne la parole qu’à la partie sous amphétamines qui somnole bien au fond de moi. Il est grand temps de réaliser les prémonitions d’Aldous Huxley, de nettoyer mes divagations de tout contenu subversif et de les concentrer sur tout ce qui est futile, ludique, instinctif et émotionnel. Les nouveaux convertis étant toujours les plus zélés, je ferai allégeance au pouvoir soporifique du sexe et du consumérisme.

Ma grille de lecture de l’année écoulée a été (non sans peine, d’ailleurs) reformatée en conséquence.

1-     Dans la case « futile » : Les photos de femmes affichant fièrement leur pilosité sous les bras envahissent les réseaux sociaux. Instagram a vu apparaitre de nombreux comptes, avec des milliers d’abonnés, dédiés à ces photos de poils sous aisselles. Mes amies me disent d’y voir un acte féministe visant à dénoncer les standards de beauté imposés par la société (comprenez par les hommes). Mes amis (les plus vicieux, du moins) y voient une invitation au voyage, un cri sexuel, un appel libertin et libertaire à une visite de la brousse avoisinante. Moi, je n’ai pas d’opinion. Depuis des années, je me rase les coucougnettes en n’y laissant que 7 poils tout en bas, que j’enroule, pour les friser, sur un bâton d’allumette en guise de bigoudi. Mais jusqu’ici, je n’ai jamais eu l’idée d’en parler, encore moins d’en mettre des photos sur Instagram. Pourtant, ça a été toujours ma façon de rendre hommage au combat de Melvin Van Horne (Tahiti Mel) dans Les Simpson.

2-     Dans la case « ludique » : Je retiendrais (pour la postérité) la phrase culte de notre Sarkozy national "Passe-moi la salade, je t'envoie la rhubarbe! », métaphore maraîchère qui illustre à merveille les penchants ludiques de ceux qui nous gouvernent. Certains pensent qu’il s’est emmêlé les pinceaux en écorchant le vieux dicton "Passez-moi la rhubarbe, je vous passerai le séné". A mon humble avis, Mr. Sarkozy (notre serial sauveur, ne l’oubliez jamais) ne laisse rien au hasard. C’est surement sa façon sioux de cibler l'électorat vegan. Le fait de remplacer le séné par la salade est aussi une façon très élégante d’épargner à ses collègues (qui en chient déjà pas mal) les vertus laxatives du séné. Ceci étant dit, et malgré tous les efforts déployés, je n’ai toujours pas réussi à décoder sa phrase d’Octobre à Limoges : « Je voulais leur dire qu'on a reçu le coup de pied au derrière, mais que c'est pas parce que vous voulez renverser la table que vous descendez de la voiture dont vous vous abstenez de choisir le chauffeur. ». Un vrai jeu de pistes…

3-     Dans la case « instinctif » : L'hommage solennel de ma copine Christine Lagarde au roi Abdallah d’Arabie Saoudite, décédé le 23 janvier : "De façon très discrète, c'était un fervent défenseur des femmes". S'il était réformateur, Abdallah l'a donc été, comme l'a si judicieusement souligné ma copine Christine, de manière très très discrète. A la mort de Bernard Tapie,  elle dira surement : « C’était une âme charitable, un faiseur de bien, un Jésus-Christ des temps modernes ressuscitant les entreprises dans la mouise  et leur insufflant une nouvelle vie »

4-     Dans la case « émotionnel » : Un signe des temps : les boutiques de drapeaux tricolores ont été littéralement  dévalisées. Les usines de drapeaux, bannières et autres trucs patriotiques, tournent à plein régime, mais plus rien dans les rayons des magasins spécialisés. Les attentats ont créé une poussée patriotique que je ne pensais possible qu’aux USA. Dans la foulée et sous l’émotion, un remaniement de la constitution est projeté, de belles lois sont votées, les pouvoirs spéciaux de l’exécutif sont étendus et une carte blanche (ou presque) est filée au renseignement… Mon opinion là-dessus ? Je suis bien évidemment dans la majorité qui préfère l’état de sécurité à l’état de droit. J’opterais, sans sourciller,  pour un contrôle généralisé et sans limites des données informatiques et communicationnelles entre autres, non seulement pour « toute personne à l’égard de laquelle il existe de sérieuses raisons de penser que son comportement constitue une menace pour l’ordre public et la sécurité » mais bien au-delà… Un peu d’arbitraire ne pourrait nous faire que du bien.

5-     Dans la case « consumérisme», je retiendrais une p’tite annonce publiée sur Adopteunmec.com que je reprends à la lettre : « Produit en rupture de stock : Après six mois en rayon, nous informons notre aimable clientèle que ce produit n’est actuellement plus disponible après avoir été adopté par une cliente pétillante, drôle, charmante et surtout possédant un accessoire indispensable à tout bonne adoption : un cerveau. Après utilisation minutieuse de ce produit, notre cliente est repartie comblée et n’a pas exprimé le souhait de bénéficier de la garantie satisfait ou remboursé qui s’appliquait à notre produit, c’est donc avec joie et fierté que toute l’équipe de notre magasin vous annonce à vous toutes, chères clientes, que la magie n’est pas morte, qu’il existe encore des hommes sincères, tendres, intelligents et bien éduqués qui sauront vous apporter une belle histoire, des petites attentions, de l’affection et pourquoi pas… de l’amour (…) Et bien mesdemoiselles, sachez que tout espoir n’est pas perdu et que sur 100 boulets présents sur ce site, se cachent 4 ou 5 garçons honnêtes et sincères, qui si vous avez la patience de les trouver, sauront à coup sûr démarrer avec vous une belle histoire ». L’histoire ne dit rien de ce qu’il est advenu de notre gars par ces temps d'obsolescence programmée.

Vous remarqueriez que j’ai évité avec brio tous les sujets qui fâchent : changement climatique et érosion de la biodiversité, la montée des névroses idéologiques et la réponse sécuritaire, la canonisation littéraire de Houellebecq et la peur panique de l’Islam et des musulmans (ohooo, suis là et suis gentil), la fragilité de l’édifice démocratique, les révolutions qui couvent et celles qui s’embourbent, la troisième révolution qui me tient à cœur (celle des consciences), la faillite des Etats et l’écroulement imminent du système financier, la croissance zéro et la sobriété heureuse, la futilité grandissante d’une société qu’on préfère dépolitisée et passive (mais facilement mobilisable par la peur contre les barbares de l’intérieur ou de l’extérieur), le conditionnement auquel on est de plus en plus soumis et qui nous tient à carreau au sein du Système…

J’ai toujours été frappé par la similitude entre notre propension grégaire et celle des gazelles (et là, je suis sympa). Les mouvements de masse des gazelles sont déclenchés par deux phénomènes vitaux : le besoin de s’abreuver quotidiennement à la mare du coin et la nécessité d’échapper aux prédateurs.  Dans les deux cas, la gazelle se sent beaucoup moins vulnérable au sein de son troupeau. Il en va de même pour l’Homme, qui se sent plus en sécurité au sein de la horde. S’aligner sur le mouvement de masse relève de l’instinct de survie. L’homme de masse est convaincu que la horde le mènera à la source ultime (de bonheur, de profit matériel et immatériel…) et l’éloignera de tous les risques potentiels. Après quelques années passées à la frontière du Système, je me suis concocté une p’tite recette de cuisine : le fait de se fondre dans la masse est plutôt salutaire quand le mouvement sous-jacent est parfaitement uniforme (quand les gazelles galopent toutes dans le même sens et en cadence). Mais il faudrait s’inquiéter dès qu’on commence à sentir de la dispersion au sein du troupeau (les gazelles qui sautillent dans tous les sens). Une telle dispersion est a priori le signe d’un danger imminent (le guépard est déjà au sein de la horde). Il est alors temps d’envisager une solution de repli.

A ce stade, il ne me reste plus qu’à faire comme tout le monde et vous souhaiter une merveilleuse année 2016 (même si aucune garantie ne peut vous être apportée sur ce point) pleine de salade et de rhubarbe. En m’alignant ainsi, je m’incline devant une donnée fondamentale : « l’Homme ne descend pas du singe mais plutôt du mouton » (Saez)

Un mouton (nommé Z) qui vous veut du bien.

 

PS : Pour un confort de lecture optimal, je vous suggère d’ouvrir la BD avec un zoom de 90 à 100%. Cette BD est une oeuvre de pure fiction. En conséquence, toute ressemblance, ou similitude avec des personnages et des faits existants ou ayant existé, ne saurait être que coïncidence fortuite.

PS2 : Nos délires des années précédentes sont archivés sur notre blog : http://tingitingi.net/category/etats-dame/

PS3 : A ce stade, le projet Tingitingi (www.tingitingi.com ) fédère :

ou partiellement là http://www.flipkey.com/houmt-souk-cottage-rentals/p531861/ (6-8 pers.)

et là https://www.flipkey.com/houmt-souk-condo-rentals/p570301/ (2-4 pers.)

ou partiellement là http://www.flipkey.com/midoun-bed-and-breakfast-rentals/p521073/