Convaincu de l’obsolescence programmée de la finance telle que pratiquée depuis la fin des années 90, j’ai commencé à tracer ma sortie de ce monde en 1999, et ce après un long voyage en Afrique de l’Est qui a fini par m’ouvrir les yeux sur les choses importantes de la vie… Ce voyage, les projets qui en ont découlé ainsi que ma conviction profonde que l’ensemble du système était en train de cavaler vers sa perte, m’ont redonné envie de trimer avec un objectif qui sortait, pour une fois, du cadre alimentaire à la noix.

Avec mon temps de latence habituel, j’ai mis dix ans pour me libérer définitivement du carcan de cette machine infernale, broyant du fric pour en sortir encore plus de fric, le tout dans une atmosphère saturée de fric. A des moments, la tentation était forte, voire insupportable, de céder à la facilité et de continuer à se blottir dans les bras de ce mastodonte oh combien généreux avec ses sbires. Durant ces moments, le suicide intellectuel semble tellement agréable, tellement enivrant, qu’on passe à l’acte sans sourciller…

En 2009, je me suis mis au vert. J’ai tiré ma révérence et pris enfin le temps de repenser ma vie. Dehors, la crise grondait… Dans la pluie diluvienne qui s’en est suivie, la plupart des gens ont cru voir le déluge. Et dans l’intervention de la Fed, le mont Ararat. A mon sens, cette pluie, quelle que soit sa brutalité, n’était (et reste) que le signe avant-coureur du cataclysme à venir. C’était le moment pour moi d’abdiquer et de se préparer à la fin du Système et à l'éclosion d’un nouveau paradigme.

Je pensais avoir tiré un trait sur la finance. C’était sans compter avec la force de la curiosité intellectuelle qui vous taraude quand on vous propose un projet de société de gestion de portefeuille qui s’insère magnifiquement dans votre scénario catastrophe et qui se donne comme ligne d’action de répondre aux différents défis (écologique, démographique, socioéconomiques, de ressources…) du siècle à venir. La Firme (pour ne pas la nommer) était née sous de bons auspices… Du moins, je le croyais !

Une année après, les choses ont commencé à partir en vrille grâce à l’égo surdimensionné et l’ambition maladive de certains de mes chers associés. Le cap n’a pas été respecté. Les corsaires ont pris les commandes. Ravi j’étais de quitter le navire… Il pourrait atteindre les Amériques et remplir ses cales d’or et de pierres précieuses, je n’aurais pas un gramme d’envie de regret de l'avoir quitté… Car, à son bord, les corsaires ne sont même pas marrants…

Et me voilà héritant d’une filiale qui ne doit plus faire la moindre allusion à sa maison mère. Je la reprends pour la simple raison qu’on y avait déjà embauché un jeune matelot plein de bonne volonté et qu’il est hors de question pour moi de le jeter par-dessus bord. Eh oui, mes principes finiront par me couler…

Un nouveau navire, mais toujours le même cap : aborder la finance autrement et la ramener à sa finalité première. FinLight Research est née sous de mauvais auspices. J’adore les causes perdues, et encore plus quand elles ne le sont plus...

FinLight Research est une société de R&D dédiant son savoir-faire quantitatif et sa technologie à une revue en profondeur du paradigme de l'investissement dans un monde en plein bouleversement.

Le nouveau paradigme issu des défis du 21ème siècle (réchauffement, épuisement des ressources, démographie…) est un point central de notre processus de recherche. Notre ambition est de devenir un acteur reconnu dans la modélisation des différents scénarios énergétiques, et de leurs impacts potentiels sur les marchés financiers, les matières premières et autres actifs réels.

Avec FinLight Research, les actifs réels et l’économie réelle seront de nouveau à l’honneur, plus accessibles, plus compréhensibles et dix mille fois plus sexy que ce qu’on a bien voulu vous faire croire.

FinLight Research est là : http://www.finlightresearch.com/