« Puisque mon âge avancé ne me permet pas de réagir de façon dynamique (mais si un Grec attrapait une Kalachnikov, je serais juste derrière lui), je ne vois pas d’autres solutions que cette fin digne de ma vie. Ainsi, je n’aurai pas à fouiller les poubelles pour assurer ma subsistance » : ceux-ci fussent les derniers mots de Dimitris Christoulas, 77 ans,  pharmacien à la retraite, avant de mettre fin à sa vie en se tirant une balle dans la tête, à quelques pas du parlement grec.

Il y a quelques années, en me baladant dans les ruelles de la banlieue nord (et occasionnellement huppée) de Tunis, je suis tombé nez à nez avec un clochard, noir comme la misère, dont les haillons ont arrêté depuis longtemps de couvrir le corps, à moitié enfoui dans une poubelle du quartier, dévorant ce qui ressemblait à une carcasse de poulet.

Nos regards se sont croisés un instant. Le mien n’a pu soutenir le sien.

Et j’ai passé mon chemin… la mort dans l’âme, ébranlé par cette dignité qui fout le camp.

Ce jour là, mon diagnostic était fait. La révolte et le lynchage public me semblait déjà la seule issue possible pour un peuple qui vivait dans le noir absolu… sans lueur d'espoir, sans perspectives. La suite de l’histoire, vous la connaissez…

Aujourd’hui, avec le départ de Dimitris, je fais exactement le même diagnostic, mais à une échelle un peu plus globalisée. Le Système est en train de signer son arrêt de mort. Bientôt, il suppliera pour qu’on l’achève tellement ses douleurs seront insoutenables.